articles-2-lhistoire

Aux Origines de la beauté

1 addthis_counter
0
Pionnier en cosmétique marine depuis trois générations, Phytomer c’est l'histoire de passionnés, installés sur la côte Ouest de la France, en Bretagne, qui ont toujours eu à cœur de cultiver les ingrédients marins les plus purs. 
L’histoire de Phytomer, marque de soins marins dédiés aux spas, aux instituts et aux hôtels, débute par la vision d’un homme originaire de Saint- Malo, en Bretagne.

Dans les années 70, Jean Gédouin fait figure de brillant entrepreneur dans l’import-export. Mais alors qu’il commence à souffrir de crises de goutte il se tourne instinctivement vers sa grande passion – la mer – pour tenter de trouver un remède.

Il décide de boire un verre d’eau de mer tous les matins et voit, peu de temps après, sa maladie disparaître complètement. Il s’emploie dès lors à promouvoir le pouvoir thérapeutique de la mer et à prodiguer ses vertus à tous.

Sa petite-fille et actuelle directrice marketing de Phytomer, Mathilde Gédouin-Lagarde, explique : « Mon grand-père a grandi à Saint-Malo et a toujours été passionné par la mer. Innovant et visionnaire, il voulait saisir toutes les propriétés exceptionnelles de la mer pour les appliquer au soin de la peau, et ce à une époque où cette idée était pour le moins originale. »

Mathilde continue : « La mer est à l’origine de toute forme de vie, c’est l’élément le vital le plus riche et une source inégalée de biodiversité. Elle entretient une relation affinitaire unique avec nos cellules et contient tous les éléments essentiels à la santé et à la beauté de notre peau. »

Jean Gédouin s’attelle à récolter des algues sur la côte bretonne et à lyophiliser l’eau de mer pour créer un puissant concentré minéral. Cette initiative donne naissance à son premier produit : Oligomer®, et conjointement à l’entreprise Phytomer.

« Oligomer® est toujours l’un de nos produits phares. Sous forme de poudre pour le bain, il permet de lutter contre la fatigue et de dénouer les tensions. Nous l’avons également intégré à tous nos produits pour ses vertus reminéralisantes exceptionnelles », déclare Mathilde.

De la mer à la ville
À cette époque en France, les centres de thalassothérapie commencent tout juste à prendre leur essor, mais hormis les bains d’eau de mer, ils ont peu de traitements à offrir. Jean Gédouin décide de travailler avec eux pour les aider à étoffer leur offre de soin, tout en étendant la gamme de produits Phytomer.

Mathilde poursuit : « Mon grand-père pensait que tout le monde devrait avoir la chance de bénéficier des vertus revigorantes de la mer, quel que soit leur lieu où on habite. Phytomer a donc amené la mer au cœur des villes. »

Pour accélérer les perspectives de croissance mondiale de Phytomer, un autre membre de la famille rejoint l’entreprise : Antoine Gédouin, le père de Mathilde.

Mathilde raconte : « Mon père était diplômé en finance, mais il cultivait une véritable passion pour la science et partageait l’amour de son père pour la mer. Il croyait en l’avenir des produits cosmétiques marins et voulait conduire Phytomer à créer ses propres actifs. »

C’est ainsi qu’au début du 21e siècle Phytomer devient pionnier en biotechnologies marines, à mesure que la famille, guidée par la vision d’Antoine, investit massivement dans la recherche et le développement de ses propres laboratoires.

Ces laboratoires de pointe tirent parti de l’habitat marin unique en Bretagne. Ils utilisent son écosystème varié, composé d’algues et de microorganismes marins, comme source majeure des actifs de Phytomer, tout en respectant l’environnement.

Un potentiel illimité

À ce jour, l’équipe de recherche de Phytomer a identifié quelque 800 microorganismes qui produisent chacun un sucre marin unique et a breveté 30 d’entre eux en vue de développements à venir.

« La mer offre un potentiel illimité. Nous avons découvert à peine 10 pour cent de ses propriétés et de leurs applications » explique Mathilde.

Parallèlement à son investissement dans les biotechnologies, Antoine s’attache à faire de Phytomer une marque d’envergure internationale. Il commence par le Japon et les États-Unis. 30 ans plus tard, les quelque 200 produits et protocoles de soin de Phytomer sont disponibles dans plus de 70 pays.

Développés il y a 20 ans, les classiques de la société, à l’instar de Rosée Visage (un mélange d’herbes aromatiques, de plantes marines et d’eau de rose), sont tout aussi prisés que ses créations innovantes actuelles, telles que Pionnière XMF (une crème lancée en 2012 qui contient un sucre marin biotechnologique capable lisser visiblement les rides en une heure).

« À chaque fois que nous nous lançons sur un nouveau marché, Rosée Visage devient rapidement un best-seller. C’est un produit démaquillant polyvalent et intemporel qui nettoie la peau et la tonifie. Les clients en sont fous. » affirme Mathilde.

Représentant la troisième génération, Mathilde se concentre sur le marketing et le développement et élabore des stratégies pour l’avenir. Elle raconte : « Nous souhaitons inspirer chacun de nos clients à révéler leur beauté naturelle et authentique et à la renouveler. »

Des valeurs familiales
Et voilà comment l’histoire d’un seul homme, aujourd’hui octogénaire, est devenue la saga à succès de trois générations. Malgré l’évolution qu’a connu le secteur d’activité de Phytomer depuis sa création, l’entreprise n’a pas changé de vision.

Mathilde affirme : « Nous avons fait de Phytomer l’une des marques de soins marins les plus en pointe au monde, mais notre famille est toujours restée fidèle la vision de mon grand-père. Il voulait que les soins et produits Phytomer offrent la même sensation de bien-être que celle procurée par une baignade en mer et soient aussi revigorants qu’une brise venue du large, pour donner à la peau cet éclat incomparable.»

« Il y a un demi-siècle, Jean Gédouin était le visionnaire qui a transformé la mer en soin de la peau. Avec tout ce que nous avons créé, depuis notre base de Saint-Malo, nous sommes très confiants pour les 50 prochaines années. »

> Découvrir le film « Notre Histoire »

Traduction de l’article publié dans SPA BUSINESS issue 4,2016
Suite à une ITW de Mathilde Gédouin-Lagarde par Julie Cramer